Importance of Urban Biodiversity

Our planet is going through an undeniable biodiversity crisis, and Ottawa is no exception. Animal and plant species around the world are going extinct at 1,000 times the natural rate.

In Canada, over 700 species have been classified as at risk and about 60 of them live in Ottawa. Most species at risk are found in the most densely populated areas of the country, which means that cities have an essential role to play in conserving biodiversity.

Biodiversity is nature. Healthy and biodiverse ecosystems provide services that we depend on for healthy communities and a strong economy. It is clear that conserving biodiversity is in everyone’s best interest.

Unfortunately, we are experiencing an unprecedented rate of biodiversity loss because of human-caused threats, including habitat destruction, overexploitation, invasive species, pollution and climate change. We see examples of this within the City of Ottawa, as new development projects - especially at Ottawa’s urban fringes -  eradicate or degrade greenspaces at the expense of vulnerable species and ecosystems.

One of the most valuable ways to support urban biodiversity is by implementing Nature-Based Solutions, such as rewilding initiatives.

Webinar_(2021-04-22)_-_Pollinator_Garden.jpgRewilding Ottawa!

First things first: what is rewilding (a.k.a. naturalization)?

Rewilding is a method of conservation that helps nature thrive. In urban spaces in particular, rewilding is all about reimagining our relationship with nature. It involves deliberate planting of native species and allowing this vegetation to become established through natural regeneration.

Cities around the world are embracing the idea of rewilding. If Ottawa is serious about a green and just recovery from the Covid pandemic, rewilding initiatives must be prioritized. 

MORE NATURALIZED RESIDENTIAL YARDS

There are several City of Ottawa by-laws that could be substantially improved to not only allow residents to have naturalized gardens, but to encourage planting that supports urban biodiversity. The Property Standards (2013-416), PropertyMaintenance (2005-208), and the Use and Care of Roads (2003-498) By-laws need to be amended to encourage residents to transform their lawns and boulevards (i.e., the area between the street curb and the sidewalk that is often planted with grass) to eco-friendly gardens that provide habitat for critical pollinators.

While there are certainly legitimate health and safety concerns (for example, road visibility) that these by-laws address, the way they are currently written results in more residents sticking to grass lawns, despite knowing that manicured lawns are a desert for pollinators (and most wildlife). Residents are often reluctant to take their chances with these by-laws for fear of having to tear up their gardens or get fined. This fear and uncertainty is a major barrier for Ottawans who would like to support urban biodiversity.

The Use and Care of Roads By-law is up for review in 2021 and the Property Standards By-law is set to be reviewed in 2022. These amendments are already overdue – now is the time to make them happen! Other cities have started making these changes and Ottawa needs to follow suit!

Click here to sign petition

MORE NATURALIZATION THROUGHOUT CITY OF OTTAWA PARKS

The ongoing development of the Parks and Recreation Facilities Master Plan is the perfect opportunity to make rewilding initiatives a priority in Ottawa parks. The City’s existing naturalization targets will remain ineffective unless more money is allocated to meet and maintain them.

It is essential for City staff to be provided with the resources needed to plant and maintain these rewilded spaces. These include proper signage and training on how to manage naturalized spaces (including how to mitigate safety concerns such as ticks and wild parsnips). The lack of signage has resulted in the accidental mowing of small trees and taller plants in areas that were meant to be left to grow. Plus, adopting naturalization practices throughout City parks will result in less maintenance work and costs in the long run.

MORE GREENSPACE PROTECTION

Ottawa’s greenspaces (forests, wetlands, parks, and fields) are fundamental to the health and happiness of its human residents and the wildlife species that also call this region home.

Many Ottawa residents assume that natural spaces are protected. However, poorly planned developments and inadequate protection measures continue to pose a threat to our local greenspaces.

 

Protecting vulnerable greenspaces in Ottawa means demanding more sustainable patterns of development across the city. This includes:

  • Less incursion of new development into vulnerable areas and maintaining clearly defined greenspaces.
  • Better (i.e., denser, mixed-use and walkable) community design andplanning practices.
  • More protection for species at risk.
  • Stronger enforcement of tools to protect local greenspaces and the species that rely on them for survival.

MORE EDUCATION

Educating the public on the benefits of rewilding in urban areas is essential. It is still a common misconception that rewilding initiatives mean that absolutely no maintenance will be done in those areas and they will become hazards.

On the contrary, maintenance needs to be done in a way that complements the type of naturalized area. For example, areas that are intended to grow trees still need to be spot checked and treated for invasive species on a regular basis. It is entirely possible to have naturalized areas that provide critical habitat for pollinators and other wildlife, while also being safe and beautiful for residents and tourists to enjoy.


L’importance de la biodiversité urbaine

Notre planète vit une crise de biodiversité incontestable, et Ottawa ne fait pas l’exception. Les espèces animales et végétales du monde entier disparaissent à un rythme 1000 fois supérieur au rythme habituel.

Au Canada, plus de 700 espèces ont été classées comme étant menacées et environ 60 d'entre elles vivent à Ottawa. La plupart des espèces en péril se trouvent dans les régions les plus densément peuplées du pays, ce qui signifie que les villes ont un rôle essentiel à jouer dans la conservation de la biodiversité.

La biodiversité, c'est la nature. Des écosystèmes sains et biodiversifiés fournissent des services dont nous dépendons pour des communautés en santé et une économie forte. Il est clair que la conservation de la biodiversité est dans l'intérêt de tous.

Malheureusement, nous connaissons un taux de perte de biodiversité sans précédent en raison des menaces d'origine humaine, notamment la destruction des habitats, la surexploitation, les espèces envahissantes, la pollution et le changement climatique. Nous en voyons des exemples dans la villed'Ottawa, alors que de nouveaux projets d'aménagement - surtout en périphérie urbaine d'Ottawa - éliminent ou dégradent les espaces verts au détriment des espèces et des écosystèmes vulnérables.

L'un des moyens les plus efficaces de soutenir la biodiversité urbaine consiste à mettre en œuvre des solutions fondées sur la nature, comme les initiatives de ré-ensauvagement.

 

Ré-ensauvager Ottawa!

Tout d'abord, qu'est-ce que le ré-ensauvagement (aussi appelé naturalisation) ?

Le ré-ensauvagement est une méthode de conservation qui aide la nature à s’épanouir. En particulier, dans les espaces urbains, le ré-ensauvagement consiste à réimaginer notre relation avec la nature. Il s'agit de planter délibérément des espèces indigènes et de permettre à cette végétation de s'établir à travers la régénération naturelle.

Des villes partout au monde adoptent l'idée du ré-ensauvagement. Si Ottawa veut vraiment se remettre de la pandémie causée par le Covid-19 de manière verte et juste, les initiatives de ré-ensauvagement doivent être prioritaires. 

DES TERRAINS RÉSIDENTIELS PLUS NATURALISÉS

Il existe plusieurs règlements de la Ville d'Ottawa qui pourraient être considérablement améliorés non seulement pour permettre aux résidents d'avoir des jardins naturalisés, mais aussi pour encourager les plantations d’espèces indigènes qui soutiennent la biodiversité urbaine. Le Règlement sur les normes relatives aux propriétés (2013-416), le Règlement sur l'entretien des propriétés (2005-208) et le Règlement sur l'utilisation et l'entretien des routes (2003-498) doivent être amendés afin d'encourager les résidents à transformer leurs cours (avant) et leurs terre-pleins (c'est-à-dire la zone située entre la bordure de la rue et le trottoir qui est souvent couverte de gazon) en jardins écologiques qui fournissent un habitat aux pollinisateurs essentiels. 

Bien que ces règlements adressent certainement des préoccupations légitimes en matière de santé et de sécurité (par exemple, la visibilité sur la route), la façon dont ils sont rédigés fait qu'un plus grand nombre de résidents s'en tiennent aux pelouses, même s'ils savent que les pelouses entretenues sont un désert pour les pollinisateurs (et pour la plupart des animaux sauvages). Les résidents hésitent souvent à tenter leur chance avec ces règlements par peur de devoir détruire leur jardin ou de recevoir une amende. Cette crainte et cette incertitude constituent un obstacle majeur pour les Ottaviens qui voudraient soutenir la biodiversité urbaine.

Le Règlement sur l'utilisation et l'entretien des routes doit être révisé en 2021 et le Règlement sur les normes de propriété doit être révisé en 2022. Ces modifications sont déjà en retard - c'est le moment de s’assurer qu’elles se concrétisent ! D'autres villes ont commencé à apporter ces changements et Ottawa doit suivre leur exemple !

Cliquez ici pour signer la pétition

PLUS DE NATURALISATION DANS LES PARCS DE LA VILLE D'OTTAWA

L'élaboration en cours du Plan directeur des parcs et des installations récréatives est l'occasion idéale pour faire en sorte que des initiatives de ré-ensauvagement soient une priorité dans les parcs d'Ottawa. Les objectifs actuels de la Ville en matière de naturalisation resteront inefficaces à moins que des fonds supplémentaires ne soient alloués pour les atteindre et les maintenir.

Il est essentiel que le personnel de la Ville reçoive les ressources nécessaires pour planter et entretenir ces espaces ré-ensauvagés. Il s'agit notamment d'une signalisation adéquate et d'une formation sur la façon de gérer les espaces naturalisés (y compris la façon d'atténuer les problèmes de sécurité tels que les tiques et les panais sauvages). L'absence de signalisation a entraîné le fauchage accidentel de petits arbres et de plus grandes plantes dans des zones qui devaient être laissées à grandir. De plus, l'adoption de pratiques de naturalisation dans tous les parcs de la ville permettra de réduire les travaux et les coûts d'entretien à long term.

 

PLUS DE PROTECTION DES ESPACES VERTS

Les espaces verts d'Ottawa (forêts, zones humides, parcs et champs)  sont essentiels à la santé et au bonheur de ses résidents et des espèces  sauvages qui y vivent aussi.

De nombreux résidents d'Ottawa imaginent que les espaces naturels sont protégés. Cependant, des aménagements mal planifiés et des mesures de  protection inadéquates continuent de menacer nos espaces verts locaux.

Pour protéger les espaces verts vulnérables d'Ottawa, il faut exiger des  modèles de développement plus durables dans toute la ville. Cela  comprend:

  • Moins d’incursion de nouveaux aménagements dans les zones vulnérables et le maintien d'espaces verts clairement définis.
  • De meilleures pratiques de conception et de planification par la communauté (c.-à-d. plus denses, à usage mixte et propices à la marche).
  • Une meilleure protection des espèces en péril.
  • Une application plus stricte des outils visant à protéger les espaces verts locaux et les espèces qui en dépendent pour leur survive.

PLUS D'ÉDUCATION

Il est essentiel d'éduquer le public sur les avantages du ré-ensauvagement des zones urbaines. On pense encore souvent à tort que les initiatives de ré-ensauvagement signifient qu'aucun entretien ne sera effectué dans ces zones et qu'elles deviendront dangereuses.

Au contraire, l'entretien doit être effectué d'une manière qui favorise le type de zone naturalisée. Par exemple, les zones destinées à accueillir des arbres doivent tout de même faire l'objet de contrôles ponctuels et être traitées régulièrement contre les espèces envahissantes. Il est tout à fait possible d'avoir des zones naturalisées qui fournissent un habitat essentiel aux pollinisateurs et à d'autres espèces sauvages, tout en étant sécuritaires et belles pour les résidents et les touristes.

Get Involved

News & Updates
Biodiversity Campaign
Help Keep Ottawa's Climate Plan on Track
Make a Donation